Alexander Fleming fut un grand biologiste et pharmacologue britannique. Né en Ecosse le 6 août 1881, il isola la pénicilline en 1928 à partir du champignon Penicillium notatum, une découverte qui fit grandement progresser les pratiques médicales et chirurgicales.

Etudes et premier travaux

Après avoir intégré une école locale puis, l’Académie Kilmarnock pendant deux ans, Fleming se rend à Londres à l’âge de treize ans et y suivra des cours à l’école polytechnique de Regent Street pendant quatre ans. À l’âge de vingt ans, il réussit l’examen d’entrée à l’école médicale de l’Hôpital Sainte-Marie de Londres. En 1906, alors qu’il est encore étudiant, Alexander Fleming se met au service du laboratoire d’Amroth Wright. Après avoir obtenu son diplôme de chirurgien en 1909, il devient chargé de cours et commence à travailler sur des sujets divers comme l’acné ou la syphilis.

Ses recherches

En 1921 Fleming cherche à créer de nouveaux vaccins. Il isole des bactéries, travaille sur des maladies comme la grippe ou le coryza et découvre le lysozyme en 1922. Le chercheur mettra en avant que cette protéine, présente dans les sécrétions nasales ou le lait maternel, fait partie intégrante de la défense de l’organisme. Pendant la guerre, Flemming servit dans le Corps des Médecins Militaires. Fort de son expérience sur le terrain, il fera par la suite de nombreuses recherches et publications au sujet des blessures de guerre.

La découverte de la pénicilline

En 1928, Fleming est nommé professeur de biologie à l’Hôpital Sainte-Marie. Connu pour ses travaux sur les staphylocoques, il a la réputation d’être un scientifique assez étourdi et c’est justement d’une négligence qu’est née la péniciline. De retour dans son laboratoire après des vacances, Flemming retrouve des cultures oubliées et contaminées par un champignon durant son absence. Remarquant que certaines zones des boîtes de culture n’ont pas été infectées, Flemming isole un extrait de moisissure et l’identifie comme faisant partie de la famille du pénicillium. Pendant douze années, il cultivera cette moisissure mais n’arrivera pas à fabriquer une forme stable de pénicilline. En 1938, des chercheurs anglais y parviendront finalement.

Image: Thinkstock, 186218916, junyyeung (iStock)

Similar Posts: